Les 12 royaumes ~Impressions~

Aujourd’hui, je publie un vieil article que j’ai écrit au mois de mai de l’année dernière mais que je n’avais pas publié parce que je voulais faire des screenshots pour l’illustrer un peu. Sauf que plus d’un ans après je ne l’ai toujours pas fait. >__> Je vous le livre donc après l’avoir légèrement arrangé mais toujours sans screenshots (désolé). Elle sera peut-être indigeste mais je vous souhaite bonne lecture quand même. ^___^

Les 12 royaumesLes 12 royaumes (十二国記) est une série de 45 épisodes réalisé par le studio Pierrot.

Yôko est une lycéenne japonaise sans caractère qui fait tout pour plaire à tout le monde. Un jour, un homme nommé Keiki se prosterne devant elle et lui jure fidélité. Elle est ensuite attaqué par des démons. Keiki l’emmène alors dans un monde fantastique divisé en douze royaumes dont les souverains sont choisi par le ciel.

Cette série, composé de 39 épisodes et 6 oav, est l’adaptation d’une série de roman de Fantasy japonais écrit de 1992 à 2001 par ONO Fuyumi (小野 不由美, également scénariste du manga Shi Ki). Le roman est disponible en France aux éditions Milan tandis que les DVD de l’anime sont édités par Kazé.

L’histoire nous plonge dans un univers fantastique intéressant car très éloigné de ce qu’on peut voir habituellement dans les anime de ce genre. L’univers est vraiment original, entre le Japon et la Chine féodal, et les coutumes et autres spécificités de ce monde sont assez surprenant. (Attention spoiler : Je pense notamment au fait que les enfants naissent dans des arbres.) C’est d’ailleurs l’aspect qui m’a le plus intéressé dans cet anime, ce monde si différent et pourtant très cohérent. Le tout est toujours très sérieux et le fond est plus tourné vers la politique que vers l’action, ce qui nous emmène à une autre différence de cet œuvre : ici, il n’y a pas de méchant démons ou sorcier à abattre pour sauver le monde. Bien sûr, le monde est rempli de démons mais la trame principal de l’histoire consiste plus à nous faire découvrir un monde différent du notre, les enjeux politiques entre les différents royaumes et les difficultés que doivent affronter les souverains pour faire prospérer leur pays. A cet égard, je dois dire que la bande annonce de Kazé est très trompeuse car elle nous montre beaucoup d’action alors que l’anime n’en comporte pas tant que ça. Bien sur, une bande annonce rythmé vendra toujours plus qu’une bande annonce où on s’ennuie mais à cause de ça, je ne m’attendais pas à voir ce que j’ai vu. Mais ce n’est pas pour ça que j’ai moins aimé cet anime.

La chose qui m’a le plus gêné, surtout quand j’ai commencé à regarder cet anime, ce sont les personnages. Au début, ils sont vraiment insupportables. Yôko et Yuka, son amie grande amatrice de littérature fantastique et qui rêve de vivre dans un monde comme celui des 12 royaumes, m’ont particulièrement tapé sur le système. Heureusement, leur caractère va beaucoup changer tout au long de la série. D’ailleurs, Yôko devient bien plus sympathique une fois qu’elle rencontre Rakushun et qu’elle comprend pourquoi elle a été envoyé dans ce monde. De ce fait, la première partie de l’anime est vraiment celle que j’ai le moins apprécié alors qu’elle aurait du être ma préféré. (généralement, ce sont les premiers épisodes des anime que je préfère, quand le héros découvre ses pouvoirs, sa destinée, etc…) Par la suite, on rencontrera bien d’autres personnages qui seront aussi très énervant mais comme Yôko, ils vont finir par évoluer et comprendre à quel point leur comportement était néfaste, aussi bien pour eux que pour leur compagnons. D’ailleurs, les personnages sont souvent puérils au début et en évoluant tout au long de l’histoire, en gagnant de l’expérience, ils finissent par prendre leur vie en main et leurs responsabilités, ce qui fait qu’à la fin, on s’attache quand même à eux. (Attention spoiler : Ici, je pense surtout à Suzu et Shokei, qui ne savent que se plaindre au début avant de devenir des jeunes femmes responsables en aidant les rebelles à renverser Shoko.)

Techniquement parlant, l’anime n’a rien d’extraordinaire. Les dessins originaux sont jolies mais dans l’anime, le rendu est souvent inégal et certain visages  étaient, de temps en temps, vraiment très moche. L’anime a été diffusé entre 2002 et 2003, ce qui explique peut être qu’il ne soit pas super beau. Mais le tout est quand même très correct et les scènes de combats bougeaient quand même assez bien. La mise en scène était un peu chaotique par moment, on passait souvent d’un personnage à un autre (surtout pour la fin, je me rappelle pas trop du début vu que j’ai commencé la série en juillet 2009) et comme il y a beaucoup de personnage et que certain ont même plusieurs nom (Yôko doit bien être appelée d’au moins 4 façons différentes), on a souvent du mal à savoir qui est qui et qui fait quoi.

La musique est un des points positifs de cet anime. L’OST est vraiment très réussi. Tout commence avec le magnifique opening qui dévoile une espèce de fresque vraiment magnifique. Tout au long de l’anime, on a le droit a des morceaux superbes. Et l’ending, bien que moins intéressant que le reste, fini en beauté chaque épisodes.

Deux autres défauts m’ont un peu marqué. Déjà, les épisodes récapitulatifs ne sont pas trop ma tasse de thé et même s’ils sont quand même utile pour remettre tout en place, je n’ai pas trop compris l’intérêt d’en mettre un à la fin (je parle de la dernière OAV). Même si cet épisode nous apporte quelques informations complémentaires, j’aurais préféré avoir un vrai épisode pour conclure l’histoire. Le dernier de la série avait d’ailleurs bien plus l’air d’une fin que celui là. L’autre petit défaut, c’est la coupure nette entre deux arcs. Chaque arc est l’adaptation d’un livre et si ça passe bien sous ce format, dans l’anime, on a du mal à comprendre ce qu’il se passe. Quand on passe à l’histoire de Taiki, on ne sait pas du tout vers quoi on se dirige et même si à la fin, on s’y habitue, c’est quand même un peu surprenant au début.

Au final, j’ai quand même beaucoup aimé cet anime même si je me demande si le format livre n’est pas plus approprié pour ce genre d’histoire. D’ailleurs, je pense que je vais les lire un jour car l’histoire a été modifié pour les besoins de l’adaptation. Et puis, tout les livres n’ont pas été adapté et j’aimerais bien connaitre toute l’histoire de Taiki.

2 Replies to “Les 12 royaumes ~Impressions~

  1. Pour les différences entre anime et bouquin, la plus grosse différence est que Yoko part seule. C’est pour ça que j’aime bien l’anime parce que les persos rajoutés ne tombent pas comme un cheveu sur la soupe. Pour le reste, c’est assez semblable. Pareil pour l’histoire de Shôryu.

    Côté Taïki malheureusement… Il y a certes bien plus d’éléments, mais on ne connaît toujours pas la cause de la chute et c’est un peu frustrant.

    Par contre, pour tout le reste, c’est que du bonheur ! On découvre les autres rois/reines, leur fonctionnement, bref du bonheur !

    Mon préféré reste incontestablement « les ailes du destin » où on voit comment cette peste de Shushô (la reine de Kyô) devient reine !

Répondre à Michiyo Annuler la réponse.