.Hack//Roots

.Hack//RootsLe projet .Hack est un projet multimédia débuté en 2002 tournant autour d’un MMORPG nommé « The World« . Au début, un jeu était prévu, puis un anime (.Hack//Sign), des manga (.Hack//Le bracelet du crépuscule, etc…) et des romans (.Hack//Zero, etc…) se sont ensuite greffés pour créer une longue saga.

Puis un second projet est né, appelé .Hack//G.U., avec ses propres anime et ses jeux vidéos. .Hack//Roots (ドットハックルーツ) marque le premier acte de ce second projet. C’est un anime de 26 épisodes diffusé au Japon du 5 avril au 27 septembre 2006. L’animation est produite par Bee Train sous la direction de Kôichi MASHIMO (真下耕一). Il arrive en France en DVD grâce à Beez et maintenant, il est facilement trouvable sur internet au alentour de 20 euros.

Haseo commence tout juste à jouer à The World qu’il est déjà tué par un Player Killer (PK), des joueurs dont l’occupation première dans le jeu est de tuer les autres joueurs, en particulier les nouveaux venues qui ne peuvent pas se défendre. Heureusement, il est sauvé par Ovan, le chef de la Brigade du Crépuscule. Cette guilde plutôt atypique recherche la clé du Crépuscule, un objet légendaire qui aurait le pouvoir de réécrire le jeu. Cet Ovan lui propose d’entrer dans sa guilde.

Au même moment, Shino, elle aussi membre de la Brigade du Crépuscule, aide une autre joueuse débutante nommé Tabby et lui propose également de rejoindre la guilde.

Pourquoi Ovan s’intéresse t’il tant à Haseo ? Quel pouvoir possède ce dernier ?

Dans mon synopsis, je ne raconte en fait que la première partie. En effet, l’anime peut facilement être divisé en deux actes, le premier concerne les débuts d’Haseo dans le jeu et la quête de la clé du crépuscule, le second se concentre sur la recherche de Tri-Edge, un PK qui a mis un des membres de la brigade dans le coma.

Je suis une grande fan du projet .Hack. J’avais beaucoup aimé .Hack//Sign, les jeux vidéos (même si je ne les ai jamais fini xd) et le manga .Hack//Le bracelet du Crépuscule. Malheureusement, j’ai été plutôt déçue par .Hack//Roots.

L’histoire était ennuyeuse et un peu trop compliqué. J’avais du mal à suivre et le manque total d’explication m’a vraiment frustrée. Le problème vient peut être du fait que j’ai arrêté de m’intéresser vraiment à la franchise depuis un moment même si je pense que le vrai problème vient surtout du fait que l’anime est le prologue du jeu vidéo. En effet, là où .Hack//Sign était totalement séparé du jeu vidéo avec un personnage principal différent par rapport au jeu, Roots nous présente ici les débuts dans The World du héros du jeu vidéo .Hack//G.U. Donc, dans Roots, on ne peut pas dévoilé tous les secrets qui se trouvent dans le jeu alors on ne dit rien et le spectateur fini la série sans qu’aucunes questions ne soient résolues. Le spectateur est même carrément nargué avec un épisode appelé Truth (Vérité) où Ovan dévoile un grand secret à un autre personnage. Sauf que la scène est coupé et qu’on ne sait absolument rien de ce qu’il a bien pu dire. 😡

Ensuite, je n’ai pas aimé les personnages. Au début, ça va encore. On voit qui sont les gentils, qui sont les méchants. On croit comprendre assez facilement leurs intentions. Et puis arrive la seconde partie de l’anime et là, je n’ai plus rien compris. Ovan, il est gentil ou méchant ? Quel est le but des « méchants » du début, Naobi et Ender, devenue ensuite Maitre Yata et Paï ? Sont-il vraiment « méchants » ? Sont-ils des pirates informatiques ou bien des employés de la C.C.Corp, l’administrateur de The World ? Bref, même à la fin de l’anime je me pose toujours plein de questions.

Le personnage principal, Haseo, est vite passé du mec renfrogné genre « je préfère jouer dans mon coin » au mec chiant obnubilé par son objectif. Il ne pense qu’à ça et dès que quelqu’un essaye de l’aider, il l’envoie balader.

TabbyLa palme du personnage qui ne sert à rien revient à Tabby. De manière générale, j’ai une grande tolérance pour les boulets. La plupart du temps, j’aime bien les personnages que la plupart des fans considèrent comme étant des boulets mais Tabby a réussi à atteindre la limite du supportable. Dans la première partie, ça allait encore. Elle ne servait à rien mais n’était pas trop présente. Mais dans la seconde partie, on la voit tout le temps. Elle est toujours là à embêter les autres. Elle aimerait bien faire quelque chose mais elle ne sait pas quoi alors elle y réfléchi, encore et encore, épisode après épisode. On croit qu’elle a enfin trouvé et paf, dans l’épisode suivant, rebelote. « J’aimerais faire quelque chose pour aider Haseo mais je ne sais pas quoi. En plus, je ne peux rien faire. ». Elle nous sort toujours la même rengaine pendant les épisodes et rien ne change jusqu’à la toute fin de la série où elle a enfin trouvé quoi faire. Super, on est débarrassé.

L’anime nous présente aussi tout un tas de personnages plus ou moins intéressants, plus ou moins présents et plus ou moins utiles. Il y avait peut être même un peu trop de personnage ce qui fait qu’on ne les retient pas tous. Je suppose que certain réapparaîtront dans .Hack//G.U. mais je n’en sais rien. (Pour info, le jeu n’est sorti qu’au Japon et aux Etats-Unis.) Le personnage qui m’aura le plus marqué est Phyllo. C’est un homme d’un certain âge qui passe une grande partie de son temps dans le jeu, presque toujours au même endroit, sur le pont de Mac Anu. C’est un personnage gentil à qui les autres joueurs viennent souvent demander des conseils. Il veille un peu sur tout le monde. En plus, son avatar est vraiment adorable.

Phyllo

Ce n’est pas le Character Design qui aurait pu m’aider à plus apprécier les personnages. J’aimais beaucoup les castes des débuts du projet. Ils étaient simples mais facilement reconnaissable. Mais les nouveaux costumes ne me plaisent pas du tout. Quant à l’animation, c’est du Bee Train classique : c’est lent avec beaucoup de dialogue et peu d’action. Il y a aussi beaucoup de passages contemplatifs, où les personnages restent plusieurs minutes à regarder les paysages du jeu sans bouger. (je n’ai jamais compris l’intérêt mais passons) En tout cas, c’est jolie à regarder.

Concernant la musique, c’est ALI PROJECT qui est aux commandes et même si j’aime bien écouter de temps en temps leurs chansons, ce n’est pas la même chose dans un anime. J’ai trouvé que les musiques chantées étaient un peu trop présentes et qu’elles couvraient trop souvent les voix des personnages. Les musiques non chantées sont pour la plupart très jolies ce qui rattrape un peu le coup mais on reste un peu en dessous de ce que Yuki KAJIURA nous avait donné dans .Hack//Sign. Au final, je retiendrais entre autre l’opening chanté par FictionJunction et quelques musiques comme Dwindled BibleImmoral Cascade, Wolf in Winter, Shining of Breast ou encore Sluggish Heart.

En résumé, .Hack//Roots est pour moi l’anime le moins intéressant du Projet .Hack. Peut être que je l’aurais plus apprécié si je l’avais vu avant, quand j’étais à fond dans le projet .Hack ou bien si je pouvais jouer aux jeux. Toujours est-il que je suis contente de l’avoir fini pour passer à autre chose.

Laisser un commentaire