Concerts & Spectacles,  Sorties

Touken Ranbu : The Musical “Atsukashiyama Ibun 2018 Paris”

L’année 2018 fête le 160ème anniversaire des relations diplomatiques entre la France et le Japon. À cette occasion, une série d’événements autour de la culture japonaise auront lieu en France, principalement à Paris (malheureusement pour nous, pauvres provinciaux), de juillet 2018 à février 2019. Expositions, concerts, théâtre traditionnel (Kabuki, Gagaku, Sambasô…), tous ces événements sont rassemblés sous le nom de Japonisme 2018. Vraiment une aubaine pour les personnes habitants à Paris ou pas trop loin.

Dans tous les événements annoncés, il y en a un qui m’a tout de suite donné furieusement envie, c’est la comédie musicale de Touken Ranbu. J’avais déjà eu la chance de voir une mini représentation l’année dernière à Japan Expo et c’était le point culminant de ma journée à la convention. Comme ça intéressait aussi ma sœur, nous avons regardé les tarifs mais surtout les horaires car, comme on ne vit pas à Paris, un spectacle en soirée n’aurais pas convenue (au pire, on aurait dû prendre une chambre d’hôtel mais on n’avait pas trop envie). Un horaire à 15 heures pour une fin prévue vers 18 heures ? Parfait, on prend. lol Ce qu’on ne pouvait pas prévoir, c’est que la France serait en finale de coupe du monde le même jour ce qui nous a causé quelque problème.

Je vais donc vous faire le compte-rendu complet de ma journée de dimanche (15 juillet 2018). L’article sera long donc, si seule la partie concernant le spectacle vous intéresse, n’hésitez pas à passer les deux autres parties de l’article, consacrées au reste de ma journée et à mes déboires dans les transports. xD

Départ et arrivé sur les Champs-Élysées

Nous nous sommes levée vers 6h30, avons déjeuné un petit bol de céréales (j’ai toujours peur d’avoir mal au ventre quand je pars loin alors je préfère ne pas manger trop), nous somme habillé et avons préparé nos affaires avant de partir vers 08h15. Notre train était à 08h54 mais comme on n’avait pas de moyen de transport (aucun bus le dimanche dans notre village ٩(๑`^´๑)۶ ), on est allé à la gare à pied (environs 30 minutes). Heureusement qu’il ne faisait pas encore trop chaud. Dans les autres passagers, ils y en avaient qui allaient sûrement à Paris pour le match et à chaque arrêt, il y avait de nouveau supporter donc le train était bien plein.

Sur les billets, on avait une place attitrée mais comme on n’était pas dans le même wagon, alors qu’on avait acheté nos billets ensemble, on s’est mis où on a voulu. C’est ce que fait la plupart des voyageurs et c’est ce qu’on fait à chaque fois qu’on va à Japan Expo mais il y a en quand même quelques-uns qui regardent ses fichus numéros, surtout des personnes plutôt âgée d’ailleurs. Heureusement, personne ne nous a dit de partir car on était à leur place. Dans notre voiture, il y a juste une femme qui a demandé à la personne assise de lui rendre sa place mais je la comprends car, à ce moment là, le train était vraiment plein.

On est arrivé à 10 heure 41 à la gare du nord et on est directement descendu prendre le RER. J’avais des vieux tickets alors on a essayé de les utiliser mais apparemment, ils n’étaient plus bon car le portique n’a jamais voulu s’ouvrir et on est donc allés à la machine en acheter des nouveaux. Là encore, l’allée s’est bien passé. On a d’abord pris le RER B jusqu’à Chatelet les Halles puis le RER A jusqu’à Charles de Gaulle Étoile. On ne s’est ni trompé de train, ni perdu dans les couloirs. Dommage que le retour ne se soit pas aussi bien passé (teaser lol).

On est donc sorti du RER en face de l’Arc de Triomphe. Je vais très rarement à Paris, la plupart du temps je fais juste un passage pour aller à Japan Expo, et je pense que je n’avais jamais vu l’Arc de Triomphe donc j’étais assez contente de le voir en vrai. J’ai fait quelques photos avec mon Xperia et j’en ai même posté une en story sur Instagram. Je suis une fille moderne lol. Bon, en vrai, j’ai fait très peu de photo, l’Arc de Triomphe, la salle de spectacle avant la représentation et c’est tout. J’aurais aimé en faire plus mais soit je n’y pense pas, soit je n’ose pas.

On a ensuite descendu les Champs-Élysées principalement pour trouver un Mac Donald pour manger (parce que c’était sûrement ce qu’il y avait de moins cher). On est donc allé au Macdo et on a pris un menu pour deux, j’ai pris un Mac Chicken comme à chaque fois, ma sœur a essayé le Poulet Ranch Ketchup avec un Ice tea en boisson et une glace en dessert (je n’ai pas osé en prendre une de peur d’avoir mal au ventre). On en a eu pour 16 euros et on a un peu flippé car le ticket n’est pas sortie de la machine mais on a quand même pu avoir notre commande. Personnellement, j’ai bien aimé mon burger mais ma sœur n’a pas trouvé le sien très bon. Sinon, on a découvert les toilettes payantes. C’est la première fois que je vois ça dans un restaurant / fast-food. Même au Japon c’était gratuit mais là faut payer 50 centimes, c’est n’importe quoi. XD J’ai préféré m’abstenir d’y aller.

On a continué à se promener. Je voulais notamment aller au Starbuck parce que je voulais essayer au moins une fois mais celui des Champs-Élysées est juste un espace au milieu des Arcades, j’étais déçu. En plus, les toilettes étaient aussi payante, le double du Macdo, alors on est partie et on s’est dirigé vers le Palais des congrès. C’était aussi la première fois qu’on y allé donc c’était dur à trouver et franchement, sans google map, on aurait peut-être jamais trouvé. Par contre, à l’intérieur, on a trouvé facilement où on devait aller et surtout, les toilettes étaient gratuites. On y est donc allé et là, on s’est rendu compte que la plupart des personnes qui attendaient été des japonaises. On s’est demandé si elles étaient venues pour le spectacle mais quelque-uns de leurs effets personnels nous ont mis sur la voie. On n’aurait jamais cru qu’autant de japonaises auraient fait le déplacement jusque Paris pour voir ce spectacle mais heureusement qu’elles étaient là sinon la salle aurait été bien vide.

Touken Ranbu, The Musical

Parlons un peu de Touken Ranbu. Tout a commencé par un jeu sur navigateur internet développé par DMM Games et Nitroplus qui a débuté le 14 janvier 2015 au Japon. Dans le futur, les sabres légendaires prennent forme humaine et sont envoyées dans le passé pour contrer une organisation dont le but est de changer le cours de l’histoire japonaise. La licence a très vite gagné en popularité et a eu le droit à de nombreuses adaptations en manga (Anthologie), en anime (Katsugeki Touken Ranbu et deux saisons de Touken Ranbu Hanamaru) mais aussi en comédie musicale dès le mois d’octobre 2015. Le succès fut encore au rendez-vous et un à deux nouveaux spectacles sortent chaque année. Celui qui a eu lieu à Paris le 15 juillet 2018 est sous-titré « Atsukashiyama Ibun 2018 Paris » et fait voyager les Touken Danshi jusqu’en 1189, sur le champ de bataille d’Atsukashiyama Ôshu Hiraizumi.

Avant le début du spectacle, le producteur, MATSUDA Makoto et le metteur en scène, KAYANO Isamu, ont d’abord saluer les spectateurs et se sont excusés pour la forme particulière de la représentation du jour. En effet, KITAZONO Ryo, l’acteur qui interprète le personnage de Kogitsunemaru a un problème oculaire et pour préserver sa santé et assurer quand même le spectacle, il n’était présent qu’en arrière plan pour la partie orale de son rôle. Les autres acteurs jouaient donc sur scène comme s’il était toujours là. L’acteur lui-même s’est rendu sur scène pour s’excuser. Il était tellement triste de ne pas pouvoir jouer qu’il s’est même mis à pleurer ce qui était très touchant. J’imagine bien sa frustration d’avoir tant travaillé pour ce spectacle pour finalement ne pas pouvoir le faire. Je pense que jouer dans un autre pays doit être une expérience différente pour ces acteurs et je suis vraiment désolé pour lui. Bien sûr, je suis aussi un peu déçu qu’il n’est pas pu jouer parce que j’ai quand même payé 115 euros pour voir ce spectacle mais sa santé passe bien avant tout.

La salle avant le spectacle. Certaines personnes sont venues habiller en Kimono/Yukata ou en Cosplay.

Le début du spectacle nous montre les véritables faits historiques. Le Seigneur Minamoto no Yoshitsune est trahi par son frère qui envoie Yasuhira et ses troupes pour le tuer. Benkei, son fidèle allié qui se bat avec un Naginata, retient les ennemis jusqu’à sa mort pendant que son maître se donne la mort par seppuku (il s’ouvre l’abdomen avec son sabre court, Imatsurugi). Dans le futur, le saniwa (maître des Touken Danshi) nomme Kashu Yoshimitsu (à l’origine un sabre d’un membre du Shinsengumi) capitaine de la première équipe, composé de Mikazuki Munechika, Kogitsunemaru, Ishikirimaru, Iwatooshi (naginata de Benkei) et Imanotsurugi (sabre court de Yoshitsune). Kashu est bien embêté de devoir diriger une troupe composé d’autant de personnalité forte et qui n’en font qu’à leurs têtes mais une mission est une mission et ils partent donc en 1189. Surprise, Yoshitsune et Benkei sont toujours en vie et ont fait équipe avec Yasuhisa pour faire tomber Yoritomo. Ils sont aussi aidé par un pouvoir mystérieux et difficilement contrôlable.

Si vous avez vu l’anime Katsugeki Touken Ranbu (disponible sur Wakanim) ou la première saison de Hanamaru (n’ayant pas vu la seconde, je ne peux pas me prononcer), on retrouve ici un des thèmes récurrent de Touken Ranbu : certains personnages retrouvent leur ancien maître et sont déchirés entre l’envie de le sauver et le devoir de protéger le cours du temps. Ici, j’ai trouvé que c’était un peu mieux raconté que dans Katsugeki notamment parce que le fait que Yoshitsune est survécu fait que les Touken Danshi doivent l’éliminer pour rétablir la vérité. Le fait que Touken Ranbu n’est pas de véritable antagoniste est un peu le point faible de ses adaptations mais là, l’histoire arrive plus ou moins à nous en donner un.

Touken Ranbu : The Musical “Atsukashiyama Ibun 2018 Paris” est un spectacle totalement réussi. L’histoire est très sympathique et on s’attache vite à tous les personnages, que ce soit les Touken Danshi mais aussi Yoshitsune et Benkei qui sont assez développé pour en faire des personnages à part entière malgré qu’ils ne soient pas en tête d’affiche. D’ailleurs, il ne faut pas oublier les acteurs incarnant les divers samouraïs et autres monstres temporels car sans eux, un des éléments le plus important de la comédie musicale n’existerait pas : les combats, tous chorégraphiés de manière spectaculaire. Tout est fluide, ça bouge bien, c’est vraiment au top.

Les chansons étaient sympas aussi mais c’est peut-être la partie que j’ai le moins aimé pour une raison en particulier, le son de la partie instrumentale, qui était en playback vu qu’il n’y avait pas de musicien, étaient vraiment beaucoup (beaucoup, beaucoup…) trop fort, au point qu’à la fin j’avais du mal à entendre. Les organisateurs n’ont jamais entendu parler de la limite de décibel recommandé ou quoi ? C’était franchement désagréable et je ne comprends pas pourquoi ils n’ont pas corrigé en cours de route (je pense même que le problème aurait du être réglé lors des répétitions). C’était d’ailleurs pareil avec les bruitages comme l’entrechoquement des sabres, etc.

En dehors du son pourri, on a donc eu une représentation impeccable. Les acteurs se sont donnés à fond et je n’ai pas vu les deux heures de la première partie passer.

Ensuite, c’était l’entracte et on s’est dépêchée de sortir car on pensait pouvoir acheter des goodies. En effet, une vente de produits dérivés devait avoir lieu avant le spectacle. On avait bien regardé ce qui devait être proposé et je pensais me prendre un set de photos et un T-shirt. Seulement, quand on est entré, il n’y avait rien d’indiquer. On a vu des personnes faire la queue donc on s’est mit au bout et on a attendu. On n’était même pas sûre qu’il y ai vraiment des trucs à vendre car il n’y avait pas d’informations et on ne voyait absolument rien. On n’avançait presque pas en plus. Alors je ne sais pas mais on vit dans un monde moderne où il y a des feuilles plus grande que des formats A4 et des autocollants que l’on peut coller au sol pour indiquer où faire la queue mais c’était trop compliqué à mettre en place apparemment. Deux pauvres tables contre un mur, trois pauvres feuilles A4 avec des indications en japonais et des personnes qui cris en japonais pour les clients japonais. Tu es français bah débrouille toi. Tout le reste était bien organisé mais pas la vente de goodies, à croire qu’ils pensaient que les spectateurs, en grande majorité féminines, n’allaient pas dépenser un centime alors ce n’était pas la peine de se casser la tête. Donc à l’entracte on sort pour les goodies et bien sûr, comme il n’y avait que 20 minutes de pause, la seule chose qui était distribué été des sticks lumineux pour agiter pendant la seconde partie du spectacle. Moi qui ne pensais pas en acheter au départ parce qu’ils coûtaient 23 euros, ce qui est plutôt cher, j’ai bien fait d’en prendre quand même un car sinon je n’aurais aucun souvenir. On a bien essayé de refaire la queue après le spectacle mais comme on avait un train à prendre, on n’a pas insisté. Et on a bien fait vu les mésaventures que l’on a eu pour rentrer mais ça, je vous l’expliquerait un peu plus tard.

C’est donc avec notre seul achat en main et après un rapide passage aux toilettes que l’on est retourné dans la salle pour la seconde partie qui était un concert. Les acteurs principaux ont interprété plusieurs chansons tout en dansant, accompagné des autres acteurs. Personnellement, j’ai trouvé ça moins intéressant que la première partie mais il y avait de l’ambiance. Les gens agitaient leurs sticks et poussaient de temps en temps des cris d’encouragement. Le stick proposait plusieurs couleurs donc on pouvait choisir celle de notre Touken Danshi préféré ou celle du chanteur sur scène. À un moment, les acteurs de Yoshitsune et de Benkei sont revenue sur scène accompagné de Taiko, les tambours japonais géants, et en ont joué sur scène, c’était impressionnant. Vers la fin, les Touken Danshi ont même fait un tour de la salle en saluant les spectatrices, c’était aussi très sympa. Encore une fois, sans ce gros problème de son, ça aurait été parfait.

Avec notre place payé 115 euro (c’était notre premier spectacle à Paris donc on a voulu marquer le coût), nous étions en catégorie 1 donc assez près de la scène (place K5 et K7 plus précisément) et on voyait très bien le spectacle (surtout qu’il n’y avait personne en face de moi) mais pas trop les surtitres en français car les écrans étaient un peu trop haut alors il fallait tout le temps lever la tête. Heureusement, je n’en avais pas toujours besoin car les acteurs articulaient plutôt bien pour la plupart donc avec mon niveau, je comprenais environs la moitié de ce qu’ils disaient (par contre avec les membres du staff qui parle dans la foule en langage soutenu, c’était pas pareil lol).

Après le spectacle, nous avons donc fait la queue quelques minutes pour les goodies mais, de peur de rater notre train, on a fini par laisser tomber et on a commencé notre laborieux voyage de retour.

Le retour

J’aurais vraiment voulu prendre un truc à boire au Starbuck mais là aussi il y avait la queue donc on n’a pas essayé et on est sortie. Le but était de retourner à la place de l’étoile pour prendre le RER dans l’autre sens sauf que le destin a fait que la France a été jusqu’en finale de la coupe du monde et que celle-ci avait lieu le même jour que notre spectacle. Genre, je vais jamais à Paris et le jour où je m’y rend, la France gagne la coupe du monde et tout le monde passe la journée à hurler et jouer du klaxon. C’est ce qu’ils appellent « faire la fête » : hurler sur les gens, jeter des pétards n’importe où et faire des trucs dangereux. Alors oui, je suis rabat-joie mais je n’aime pas la fête et je n’aime pas le bruit. C’est génial que les gens soient content mais je ne comprendrais jamais pourquoi il faut crier pour le montrer. Même pendant la deuxième partie du spectacle les gens criaient mais moi je n’osais pas. En plus, c’est dans une salle fait pour ça, pas en plein milieu de la rue. J’habite à la campagne et je n’ai pas l’habitude de la ville, j’ai du mal quand il y a trop de gens et trop de bruits, et j’étais à moitié sourde à cause du son du spectacle alors j’étais méga-angoissé. On voulait donc partir vite vers la gare pour éviter le plus la foule sauf qu’on n’avait pas prévu la fermeture du RER des Champs-Élysées.

On arrive donc à l’entrer du RER et là on apprend la nouvelle. On commence doucement à paniquer parce que on ne sait pas si on pourra rejoindre la gare. Je rappelle qu’on ne connaît pas du tout le coin et que chez nous il n’y a même pas de bus le dimanche donc le métro on en parle même pas. En plus, la peur nous fait perdre nos moyens et on a du mal à réfléchir. On demande donc à quelqu’un ce qu’il se passe et comment rentrer chez nous mais la personne ne pouvait pas vraiment nous aider. En plus, on sent une horrible odeur qui va jusqu’à nous gratter la gorge et on comprend vite que ce n’est pas le parfum de la dame mais bien l’odeur des gaz lacrymogènes. Jamais je n’aurais cru sentir ça un jour et rien que par l’intermédiaire d’une autre personne ça nous a bien étouffé alors je n’ose même pas imaginer ce que ça fait de ce le prendre en pleine figure.

On décide donc de se rendre dans une ruelle pour éviter la foule et on demande à un policier comment retourner à la Gare du Nord parce qu’on ne savait vraiment pas quoi faire d’autre. On s’imaginait déjà passer la nuit dans la rue sans dormir à cause d’un match de foot. Heureusement, le policier nous informe que l’on peut prendre le métro à l’arrêt Argentine et ma sœur se rappelle l’avoir vu pendant qu’on retournait au RER donc on a fait demi-tour. On ne connaissait pas les arrêts du métro donc on a demandé à quelqu’un (c’était plus rapide que de chercher un panneau) qui nous a appris qu’il s’arrêtait à Châtelet et quand plus les transports étaient gratuits donc on s’est dépêché de monter dans le premier venu. On a commencé à déstresser un peu mais là le train a passé quelques arrêts donc on a commencé à ce demander s’il allait vraiment s’arrêter à Chatelet donc on a encore demandé à quelqu’un. Alors depuis tout à l’heure je dis « on » mais c’est plutôt ma sœur qui a demandé à chaque fois parce que j’ai beau être l’aînée, je ne suis pas à l’aise alors je n’osais pas demandé et de manière générale, si ma sœur n’avait pas été là, je n’aurais même pas été voire le spectacle donc heureusement qu’elle était là.

Alors si vous pensez que ce n’était pas ci-grave et que je dramatise un peu, vous avez sans doute un peu raison mais sachez qu’on ne ressent pas tous la même chose parce que l’on n’a pas tous le même caractère et les même expériences. Si on avait l’habitude de Paris ou des grandes villes, on aurait sûrement été plus franche mais je suppose que les personnes qui ont toujours vécu en ville ne peuvent pas comprendre ce que c’est de vivre dans une ville où il n’y a rien à faire en dehors de chez soi (franchement, sans les jeux vidéo, je serais sûrement morte d’ennuis).

On a réussi à rejoindre la gare sans trop de problème (à part nos tickets qui ne fonctionnaient pas donc on est passé en vitesse juste derrière une fille qui avait un passe navigo avec un gars qui avait le même problème). Miracle, on ne s’est pas perdu en sortant du RER comme à chaque fois que l’on va à Japan Expo (c’est à dire pas très souvent pour moi, un peu plus pour ma sœur). Je me suis rendu compte que l’on faisait tout le temps la même erreur qui est de prendre le premier escalator que l’on trouve. On ne sort donc pas au même endroit que l’on est rentré au début et on part complètement à l’opposer de la gare. Une fois, je m’étais retrouvé dans des souterrains et j’avais fini par arriver dehors sans savoir comment lol. On n’a pas répété cette erreur et on a remonté les quais pour prendre l’escalator le plus prés de la gare et on a réussi à arriver 5 minutes avant le départ du train à 19h19. On s’est rendu le plus vite possible à la voie 10 et là, la machine ne veut pas composter notre billet. On est donc allé voir le contrôleur qui à dit que ce n’étais pas la peine parce que c’était un e-billet. On l’a donc composté pour rien au départ. Mais bon, comme on n’a jamais été contrôlé, on a surtout acheté les billets pour rien. J’aurais pu économiser 50 euros lol (bon c’est une blague hein et de toute façon, je suis certaine qu’on aurait été contrôlé si on avait resquillé).

Alors là, on est dans le train, tout va bien, on meurt de soif et on a rien à boire mais on est sûr qu’on ne va pas passer la nuit dans les rue de Paris rempli de personnes bourrées et incontrôlables (ah pardon, je voulais dire de personne qui font la fête lol) et arrivé à la première gare, le train ne bouge plus. Alors on attend et on fait un peu la gueule parce qu’on se rend bien compte que l’on prend du retard. Les informations mettent aussi du temps à arriver mais au bout de 10 minutes, le conducteur fini par annoncer qu’on est immobilisé en gare parce que quelqu’un à tirer l’alarme de secours. Encore 10 minutes après, une nouvelle annonce nous apprends que tous ça c’est (attention je cite) « à cause de parents irresponsables qui n’ont pas surveillé leurs enfants ». On est donc repartis avec 20 minutes de retard ce qui nous a fait arriver à 21h24 au lieu de 21h04. En sortant de la gare, on a vu que là aussi les gens faisait « la fête » mais on n’est pas resté voir ça, surtout qu’il y avait aussi des pétards et quand tu ne t’y attends pas, ça fait vraiment peur.

Bilan

Voilà donc le bien trop long récit de notre voyage à Paris. Que vous ayez ou non eu le courage de tout lire, je vais résumer légèrement tout ça ici.

Donc, l’allée s’est bien passé et on a trouvé facilement notre chemin. J’ai vu l’Arc de Triomphe pour la première fois et c’était sympa par contre je n’ai pas trouvé les Champs-Elysées très intéressant. C’est comme un grand centre commercial en plein air avec des trottoirs géants et du monde qui fait trop de bruit (à cause du foot). En plus, le Starbuck est tout pourri et les toilettes sont payantes, même au Macdo. Quand on n’aime pas faire du shopping, c’est pas très intéressant. J’ai préféré le Palais des Congrès qui ressemblait aussi à un centre commercial mais avec des toilettes gratuites et l’air conditionné. XD Le spectacle était absolument génial et je n’aurais jamais pensé que j’aimerais un jour une comédie musicale de ce style. J’ai envie d’acheter les Blu-ray maintenant. Enfin, le retour était un véritable cauchemar et on a bien cru qu’on ne rentrerai jamais. XD

Les plus :

  • Le Spectacle était GÉNIAL !
  • Il y avait une super ambiance.
  • Le siège en face de moi était vacant alors je voyais trop bien la scène.
  • Grâce à l’organisation pourri de la vente de goodies, j’ai économisé de l’argent lol
  • Il y avait plein de japonaise, on se serait presque cru au Japon.
  • J’ai vu l’Arc de Triomphe pour la première fois.

Les moins :

  • Pourquoi a-t-il fallu que la finale de la coupe du monde est lieu en même temps ?
  • Le son du spectacle était tellement fort et il y avait tellement de bruit dehors que je n’entendais même plus ma voix.
  • L’organisation de la partie vente de goodies. Vous ne vouliez pas de notre argent ?
  • Il parait qu’on pouvait laisser une petite lettre pour les acteurs alors je leur ai acheté une carte mais j’ai jamais trouvé où la laisser.
  • L’acteur de Kogitsunemaru n’a pas pu aller sur scène à cause d’un problème de santé.
  • Il faisait trop chaud dehors.

C’est ainsi que se conclu pour de bon ce billet où je me plains décidément beaucoup trop xD. J’espère quand même qu’il vous aura plu.

Créatrice et rédactrice de ce blog, j'aime le Japon et sa culture, que ce soit l'histoire et les traditions mais aussi la pop culture, en particulier les (shôjo) manga, les anime et les jeux vidéo (RPG, Otome Game et jeux musicaux).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :