• Anime,  Anime - Bilans

    Bilan ~ Anime de 2011 ~

    あなたと居た世界 de はったんさん
    あなたと居た世界 de はったんさん

    Ouf. J’ai bien cru que je ne le mettrais pas en ligne avant 2013 mais le voilà enfin, mon Bilan Anime de 2011. ça fait plus de deux mois que je le rédige et je commence vraiment à en avoir marre. On est quand même déjà en février et si je ne me dépêche pas de le publier, je sens que je ne le ferai jamais. xD

    Cette année, j’ai fait un peu comme pour mon dernier bilan – qui remonte quand même à 2008 – avec un top série télé, un top déception – qui remplace la daube de l’année -, un top pour les films d’animations et enfin, un top opening et un top ending.

    Ce bilan prend en compte les anime que j’ai terminé en 2011, qu’ils s’agissent d’anime produit en 2011 ou pas. Et bien sur, ce classement est totalement personnel ce qui signifie que les anime choisie ne sont pas les meilleurs mais ceux que j’ai préféré.

    Voilà, j’espère que ce ne sera pas trop long et indigeste. Bonne lecture. 🙂

  • Anime,  Anime - Critiques

    .Hack//Roots

    .Hack//RootsLe projet .Hack est un projet multimédia débuté en 2002 tournant autour d’un MMORPG nommé « The World« . Au début, un jeu était prévu, puis un anime (.Hack//Sign), des manga (.Hack//Le bracelet du crépuscule, etc…) et des romans (.Hack//Zero, etc…) se sont ensuite greffés pour créer une longue saga.

    Puis un second projet est né, appelé .Hack//G.U., avec ses propres anime et ses jeux vidéos. .Hack//Roots (ドットハックルーツ) marque le premier acte de ce second projet. C’est un anime de 26 épisodes diffusé au Japon du 5 avril au 27 septembre 2006. L’animation est produite par Bee Train sous la direction de Kôichi MASHIMO (真下耕一). Il arrive en France en DVD grâce à Beez et maintenant, il est facilement trouvable sur internet au alentour de 20 euros.

    Haseo commence tout juste à jouer à The World qu’il est déjà tué par un Player Killer (PK), des joueurs dont l’occupation première dans le jeu est de tuer les autres joueurs, en particulier les nouveaux venues qui ne peuvent pas se défendre. Heureusement, il est sauvé par Ovan, le chef de la Brigade du Crépuscule. Cette guilde plutôt atypique recherche la clé du Crépuscule, un objet légendaire qui aurait le pouvoir de réécrire le jeu. Cet Ovan lui propose d’entrer dans sa guilde.

    Au même moment, Shino, elle aussi membre de la Brigade du Crépuscule, aide une autre joueuse débutante nommé Tabby et lui propose également de rejoindre la guilde.

    Pourquoi Ovan s’intéresse t’il tant à Haseo ? Quel pouvoir possède ce dernier ?

  • Anime,  Anime - Critiques

    Les 12 royaumes ~Impressions~

    Aujourd’hui, je publie un vieil article que j’ai écrit au mois de mai de l’année dernière mais que je n’avais pas publié parce que je voulais faire des screenshots pour l’illustrer un peu. Sauf que plus d’un ans après je ne l’ai toujours pas fait. >__> Je vous le livre donc après l’avoir légèrement arrangé mais toujours sans screenshots (désolé). Elle sera peut-être indigeste mais je vous souhaite bonne lecture quand même. ^___^

    Les 12 royaumesLes 12 royaumes (十二国記) est une série de 45 épisodes réalisé par le studio Pierrot.

    Yôko est une lycéenne japonaise sans caractère qui fait tout pour plaire à tout le monde. Un jour, un homme nommé Keiki se prosterne devant elle et lui jure fidélité. Elle est ensuite attaqué par des démons. Keiki l’emmène alors dans un monde fantastique divisé en douze royaumes dont les souverains sont choisi par le ciel.

    Cette série, composé de 39 épisodes et 6 oav, est l’adaptation d’une série de roman de Fantasy japonais écrit de 1992 à 2001 par ONO Fuyumi (小野 不由美, également scénariste du manga Shi Ki). Le roman est disponible en France aux éditions Milan tandis que les DVD de l’anime sont édités par Kazé.

  • Anime,  Anime - Critiques

    Le Professeur Layton et la Diva Eternelle

    Le professeur Layton est le héros du célèbre jeu d’énigme qui porte son nom et qui a débuté en 2007 avec la sortie le 15 février au Japon du premier volet : Le Professeur Layton et l’étrange village (レイトン教授と不思議な町). Développé par Level 5, la licence en est à son quatrième épisode au Japon et le cinquième est prévue pour le printemps 2011 sur 3DS. Alors que le troisième volet débarquera en France le 22 octobre (demain), la première adaptation en film d’animation de la série est sortie en Blu-ray et DVD le 13 octobre chez Kazé. Le titre de ce film est : Le professeur Layton et la Diva Éternelle. (レイトン教授と永遠の歌姫)

    L’animation est confié au studio P.A.Works qui était déjà à l’œuvre sur le jeu et au studio OLM. Le réalisateur est le même que pour les cinématiques du jeu, Masakazu HASHIMOTO. Le scénario est de Aya MATSUI qui n’est pas une débutante vu qu’elle a travaillé sur les scénarios de Ranma 1/2, de Pokémon et celui du film d’Animal Crossing. Le character Designer est Takuzo NAGANO (Inazuma Eleven). La musique est de Tomohiro NISHIURA (Musique du jeu Dark Chronicle).

    Le professeur Layton est un archéologue mais également un expert pour résoudre les énigmes. Aidé de Luke, son disciple autoproclamé, ils résolvent les mystères les plus insolubles. Ce premier film suit les évènements du quatrième volet du jeu qui relate la première rencontre entre Layton et Luke, 3 ans avant les aventures de L’étrange Village.

    Un jour, Layton reçois une lettre de Janice, une de ses anciennes élèves devenue cantatrice. Une petite fille étrange dit être Melina, une de ses amies décédé un an auparavant. Mais le plus étrange, c’est qu’elle dit également avoir reçu la vie éternelle.

    Janice joint à cette lettre deux tickets pour son spectacle, un opéra qui raconte la fin tragique d’une civilisation mystérieuse et aujourd’hui disparu, Ambrosia. Mais une fois le spectacle terminé, un étrange individu apparaît sur scène et propose la vie éternelle à la personne qui réussira à résoudre toutes ses énigmes.

    Comme je suis une fan de Layton, je ne pouvais pas passer à côté de ce film. Dès que j’ai appris que Kazé allait l’éditer, j’ai attendu avec impatience la sortie DVD du film et au début du mois, j’ai pré-commandé la version collector Blu-ray et DVD.

    D’après moi, ce film a tout pour plaire aux fans de Layton. Tout est fidèle à l’esprit du jeu, que ce soit l’ambiance, les personnages, l’intrigue ou les musiques.

    L’histoire possède tout les éléments présent dans les jeux. La science tient toujours une grande place dans l’intrigue mais il est rejoint par un autre théme que j’apprécie beaucoup, la musique qui est notamment la clé permettant de déchiffrer la dernière énigme du film. Si l’intrigue en elle-même est finalement assez banale, c’est principalement l’ambiance qui nous permet de bien accroché au film. De plus, la proportion entre scène de réflexion, d’action et d’émotion est bien équilibré et les temps morts sont peu fréquent ce qui fait qu’on ne s’ennuie pas en regardant le film. L’humour n’est de plus pas absente et on rigole bien surtout avec le personnage de l’inspecteur Grosky.

    Pour ce qui est des énigmes, il n’y a pas vraiment d’interactivité avec le spectateur. Peut être pour certaine énigmes, si on est vraiment très fort et très observateur mais comme il n’y a aucun temps de réflexion et que les énigmes sont résolu assez rapidement, ce n’est pas évident de trouver les réponses. Cependant, pour moi qui préfère largement l’ambiance et les personnages du jeu aux énigmes, ça ne m’a pas vraiment posé de problème.

    Techniquement, le film est vraiment beau, avec des décors très jolies. Les personnages sont très fidèles au jeu et le film est de bonne qualité. Les scènes en 3D sont vraiment bien incrusté et je n’ai presque pas remarqué leur utilisation, sauf vers la fin avec le robot géant qui sentait la 3D à plein nez. La mise en scène n’est pas remarquable (c’est pas moi qui le dit, c’est le réalisateur dans son interview xD) mais elle est assez sympathique et pas bordélique. Les musiques sont toujours aussi belle que dans le jeu. J’ai beaucoup apprécié le thème de fin chanté par Nana MIZUKI.

    De bonne qualité avec de jolie musique et une histoire sympathique, c’est un film agréable à regarder sans être indispensable. Je le conseille quand même aux fans de Layton qui veulent voir ce que peut rendre le jeu adapté en anime.

    Critique du coffret collector Blu-ray + DVD :

    Coffret Collector
    Coffret Collector

    La première chose qui frappe avec ce coffret, c’est son épaisseur. On a face à nous une grosse boite entouré d’un fourreau en carton peu épais avec la forme du chapeau haut de forme de Layton découpé sur la face avant. A l’intérieure, on découvre, en plus du digipack contenant le Blu-ray, le DVD et le DVD bonus, un énorme livre de 638 pages qui est en fait le storyboard complet du film. Comme je n’avais pas regardé les caractéristiques du coffret en détails, je m’attendais plutôt à ce que le storyboard soit inclus dans le DVD bonus, comme pour les films de Ghibli. J’ai donc été très surprise en voyant le livre mais ce n’est pas une mauvaise chose pour moi car je trouve que ça a un peu plus de charme sur un livre que sur un DVD.

    Le digipack est assez jolie. L’extérieur est recouvert de quelques croquis, illustrations préparatoires et screenshots tandis qu’à l’intérieur, on a une illustration des personnages principaux. Les pistes audios sont au nombre de 6 et les sous-titres sont au nombre de 7 sur la version Blu-ray alors que seulement 3 pistes audios et 3 versions sous-titré sont disponibles pour le DVD. Autant dire que la version collector n’est pas très utile pour les pays dont la langue n’est pas disponible sur le DVD.

    Le DVD bonus contient pas mal de chose intéressante avec environ 25 minutes de reportages. Le seul problème est que les interviews sont un peu trop courte à mon goût.

    Contenu du DVD bonus :

    • Présentation de LEVEL 5 : Il s’agit d’un reportage d’une durée de 9 min 43 avec une visite en vidéo de LEVEL 5 (Salle de Jeux, de Détente, Amphithéâtre – ça donne envie d’y travailler) et des interviews de Akihiro HINO, le fondateur et PDG de LEVEL 5 et Tomohiro NISHIURA, le directeur du son.
    • Visite des studios OLM : On commence par un bref aperçu de la salle de travail puis Mr ISHIHARA, designer, nous montre la réalisation d’une scène en 3D. Pour finir, il répond à quelques questions. La vidéo dure 3 min 50.
    • Visite des studios P.A. WORKS : D’une durée de 7 min 20, on commence par quelque photos de la ville de Nanto où se trouve la maison mère puis on a une courte visite du studios en compagnie du professeur Layton et de Luke. xD Ensuite, on a des interviews du directeur général Kenji HORIKAWA et du maire de la ville de Nanto. Enfin, dans le bureau de Tokyo, on rencontre le réalisateur du film, Masakazu HASHIMOTO qui donne aussi une courte interview.
    • Conception de scéne 3D : Pendant 4 min 37, on nous montre plan par plan la création des scènes en 3D. D’abord le résultat final puis les différentes étapes à suivre pour obtenir ce résultat (Illustration → Modélisation en 3D fils de fer → Application des textures → Ajout d’un effet de perspective, etc…). C’est vraiment intéressant pour quelqu’un comme moi, qui n’y connais absolument rien.
    • La dernière énigme décryptée : Il s’agit d’une courte explication assez sympathique et en musique de la toute dernière énigme du film.
    • Énigme : percez le code : Une énigme permettant d’obtenir un bonus supplémentaire. (J’ai pas cherché, la flemme)

    J’ai regardé le film deux fois, une fois en Japonais sous-titré sur Blu-ray et une fois en Français sur DVD. J’ai trouvé la version française bien faite. Les acteurs étaient bien dans leur rôle et les voix étaient synchrones avec les bouches. Par contre, il y a une petite erreur à un moment : un personnage dit un autre nom que dans la version Japonaise. Cela a peut être été fait exprès pour correspondre aux mouvements de la bouche du personnage mais même si ça ne fait pas un contre-sens important, c’est quand même un petit peu génant.

    J’ai noté quelques bugs récurrent vers la fin du DVD mais c’est peut être un défaut de mon coffret. Sinon, un truc qui me géne beaucoup, ce sont les sous-titres de la version japonaise qui sont incrusté. Je préfère que les sous-titres soit facultatif pour pouvoir profiter de la version Japonaise sans avoir les sous-titres sous les yeux. Et bien, ce ne sera pas possible et ça m’ennuie beaucoup.

    Cette version collector est plutôt sympathique pour les fans mais je pense qu’elle n’est pas indispensable même pour eux.

    Je vous rappelle que le troisième jeu sort demain. Malheureusement, je ne pourrais pas me l’acheter tout de suite. 🙁 Et je finis avec une autre nouvelle intéressante pour ceux qui aime Layton et le jeu Phoenix Wright. LEVEL5 et Capcom viennent d’annoncer qu’un cross-over entre ces deux univers est en développement sur la 3DS de Nintendo. Le jeu s’appellera « Layton Kyôjyu VS Gyakuten Saiban » (レイトン教授VS逆転裁判)  et aura pour sujet le procès d’une sorcière. Le site officiel est déjà ouvert et on peut y voir une petite bande annonce. J’ai hâte de voir ce que ça va donner.

    1er visuel du jeu Professeur Layton VS Gyakuten Saiban
    1er visuel du jeu Professeur Layton VS Gyakuten Saiban
  • Anime,  Anime - Au fil des Episodes

    Kobato. : Premières Impressions

    Bannière Anime

    Pour les fêtes de fin d’année, Kaze propose de visionner quelques animes gratuitement pendant une semaine, du 24 décembre 2009 au 1 janvier 2010 sur, KZPlay, son site de VOD. Les séries disponibles sont les mêmes que ceux des personnes abonnées. Dans le lot, il y avait plusieurs séries qui m’intéressais comme Elementar Gerad, Princess Princess et Rozen maiden. Mais vu le peu de temps que j’avais, je me suis concentré sur la série qui me faisait le plus envie, et que Kaze propose en simulcast avec le Japon, c’est à dire Kobato..

    Concernant cette offre, je trouvais que c’était très sympa de la part de Kaze de nous offrir ce cadeau. Mais vu le mal que j’ai eu pour voir les vidéos et ce que j’ai pu lire sur le site d’Animeland, ce n’était peut-être pas une si bonne idée. S’ils avaient fait plus d’efforts, en expliquant clairement comment accéder aux vidéos, ils auraient sûrement eu de meilleures critiques. En plus, alors qu’avant cette offre j’étais tentée par un abonnement, je ne suis maintenant plus très intéressée, surtout parce que la plupart des anime étaient en français et que je déteste regarder les anime en VF. Acheter des crédits, pour regarder Kobato. ou une autre série en Simulcast, me semble bien plus intéressant à présent. Enfin bref, ce n’est pas le sujet de cet article. xD

    Premiere-image

    Kobato. est l’adaptation d’un manga de Clamp. L’héroïne, une jeune fille nommée Kobato, doit aider des personnes pour remplir une bouteille avec des fragments de cœur blessé. Une fois remplie, elle pourra réaliser son vœu le plus cher. Le manga est pré-publié dans le magazine Newtype  de Kadokawa shoten et compte pour l’instant 4 volumes reliés. Le dernier volume en date est sortie le 26 décembre 2009. Le manga est publié en France chez Pika édition qui a déjà sortie 3 volumes.

    C’est le studio Mad House qui s’occupe de l’adaptation. Ils s’étaient déjà occupés de l’adaptation d’autres œuvres de Clamp comme Card captor Sakura et Chobits. Et je trouve qu’ils ont vraiment fait du bon travail.

    N’y allons pas par quatre chemins, j’adore Kobato.. Et ce n’est pas seulement dû au fait que je sois une fangirl des Clamp. Si je l’aime tant, c’est parce que cet anime me donne vite le sourire. J’arrive même à regarder plusieurs épisodes à la suite sans m’ennuyer. Kobato m’emporte dans son monde et ses aventures me donnent envie de faire moi aussi de mon mieux. (みちよ、がんばります! xD)

    scan-mag-annonce

    J’adore les personnages. Et même si Kobato est gaffeuse, empotée et un peu niaise, je l’adore. C’est d’ailleurs surtout pour ça que je l’aime. Elle est vite très attachante si on n’est pas allergique aux personnages « niais ». Et elle n’est pas le seul personnage que j’aime dans cette série. Je craque littéralement pour Fujimoto qui est vraiment charismatique. Il a beau être froid et cassant, il est surtout courageux, fort et travailleur. Il a aussi du mal à dévoiler ses sentiments mais dès qu’il le peut, il fait tout pour aider les personnes qu’il aime. Et puis il est mignon, ce qui ne gâche rien. xD Ioryogi est juste génial. J’aime quand il s’énerve sur Kobato et qu’il lui crache du feu. J’aime les têtes qu’il prend quand elle fait une bêtise. J’aime quand il se bat. Et j’aime quand il s’empiffre de gâteau. xD Il y a aussi les enfants de la crèche que j’aime beaucoup. Sûrement parce qu’ils sont un peu trop sages et trop polies. Mais surtout parce qu’ils sont trop mignons. D’ailleurs, l’histoire du petit Toshihiko m’a tout simplement émue.

    Les personnages de cette série ne sont pas très crédibles quand on y réfléchit mais peu importe. Après tout, on est dans une série fantastique, et dans l’univers de Clamp. D’ailleurs, on sent bien le lien avec les autres œuvres du studio. Et même si on retrouve les personnages de Wish et que l’anime est aussi une adaptation de ce  manga comme c’est indiqué dans l’opening, je trouve qu’il y a bien plus de lien avec Chobit qu’avec ce dernier. Je pense même que l’histoire se passe dans le même univers que Chobits mais dans le passé. Déjà, Kobato et Fujimoto vivent dans la pension de Chitose comme Hideki, le héros de Chobits. De plus, la pâtisserie Tyrol se trouve aussi dans le manga de Chobits et il est tenue par le même personnage dans les deux œuvres. Les personnages de Chobits qu’on rencontre paraissent plus jeune dans Kobato. Mais, comme je n’ai pas lu ces deux œuvres en entier, je me fais peut être des idées. Mais passons.

    newtype

    Graphiquement, c’est très beau, aussi bien les décors que les personnages. Le character design respecte bien les personnages originaux dessinés par Mokona, la dessinatrice des Clamp. Les couleurs sont vives et transmettent la joie que nous donne la plupart du temps cet anime. On reconnaît facilement les lieux qui sont quand même assez variés. Kobato se promène souvent ce qui fait qu’on se sent presque libre, comme si on habitait dans le même quartier.

    L’opening est aussi magnifique et me plaît beaucoup. La chanson, Magic Number, qui est chanté par Maaya Sakamoto est énergique et les paroles correspondent bien à la série. Il faut dire que j’aime toujours les chansons que Maaya Sakamoto chante pour les œuvres des Clamp. Je trouve d’ailleurs qu’elle se rapproche beaucoup de la chanson de « Clamp in wonderland 2 ». La réalisation est également bonne. Les images ne dévoilent rien de l’histoire et nous donne juste un aperçu de l’ambiance de la série. J’ai quand même une nette préférence pour la première moitié de l’opening qui est bien plus énergique. Quand à l’ending, je suis un peu déçue. La musique est jolie et je trouve l’idée de la bouteille qui tourne avec les crédits intéressant mais on s’ennuie quand même beaucoup en le regardant.

    Pour moi, Kobato. est un anime frais et reposant qui fait souvent rire. Peut être pas aux éclats, mais il parvient à nous rendre vite de bonne humeur. L’ensemble peut quand même paraître niais mais pour moi, ce n’est pas vraiment le cas. Je trouve juste que c’est mignon. Après  avoir vu ces 11 épisodes d’une traite, je pense suivre la parution de plus près. La série n’a pas encore dévoilé ses mystères et je ne suis pas vraiment pressée de les savoir. Passer un moment agréable me suffit largement.