• Jeux Vidéo,  RPG

    Kingdom Hearts 358/2 Days

    Bannière Jeux video

    Kingdom-Hearts-358-2-Days

    C’est le 9 octobre 2009 qu’est sorti en France le nouveau volet de la série Kingdom Hearts. Après deux épisodes sur Playstation 2 et un autre sur Game Boy Advance, c’est cette fois-ci sur Nintendo DS que sort ce titre.

    Chronologiquement parlant, Kingdom Hearts 358/2 days se situe entre les deux volets PS2, plus précisément un peu avant, pendant et après les aventures de Sora dans le Manoir Oblivion de l’opus GBA. L’histoire se concentre sur Roxas et sur sa vie dans l’organisation XIII. Il nous présente aussi un nouveau personnage nommé Xion, une jeune fille bien mystérieuse.

    Commençons par le côté graphique. Les cinématiques sont absolument sublime, aussi belle que les quelques cinématiques du Kingdom hearts sortie sur GBA. Le jeu est totalement en 3D et on peut dire que c’est vraiment très réussi, en particulier au niveau des décors. Les mondes sont vastes et bien détaillés. C’est surtout au niveau des personnages qu’on voit les limites de la machine. Ils sont quand même assez moche. =T_T=

    L’aventure est divisé en missions qui vont de la chasse aux sans-cœurs à la reconnaissance des nouveaux mondes. D’une manière générale, elles sont peu diversifiées et assez ennuyantes. C’est d’ailleurs le plus gros point faible de ce jeu. On n’a pas vraiment envie de faire toutes les missions. Alors quand plus tard dans le jeu, on a la possibilité de refaire les missions mais en rajoutant de nouvelles difficultés (Aller le plus vite possible, Réussir ses attaques, Sauter le moins possible…), on n’a pas forcément envie de les refaire, même si l’on peut échanger les badges d’épreuve que l’on gagne contre des cadeaux (Potions, Magie, Accessoire…).

    Ce qui rend les missions plus intéressante, c’est sans aucun doute le système de combat (après, ça dépend des goûts de chacun). Le style de combat est le même que pour le premier volet. On appuie sur l’option « Attaquer » dans le menu de manière répété pour enchainer les combos. Pour utiliser la magie ou les objets, il faut presser le bouton X pour défiler dans le menu et sur A pour sélectionner la magie ou l’objet souhaité. Pour facilité les manipulations qui peuvent être un peu longue lors de combat difficile, on peut attribuer des raccourcis aux magies et aux objets. Le gros problème des combats viens de la caméra qui est vraiment très capricieuse. Il arrive souvent qu’on ne sache pas où se trouve notre personnage ou bien notre ennemi, et c’est très énervant.

    Tout se passe sur l’écran supérieur, l’écran tactile nous donne seulement quelques informations (le nombre de coffres et la progression de la mission) et une carte. Tout se joue avec les boutons et comme la prise en main de la console n’est pas génial, on a vite très mal aux mains. =-_-=

    Tableau

    En ce qui concerne maintenant le système de compétence, il est assez sympathique. On a différent panneaux que l’on doit déposer sur une sorte de damier. Ils représentent bien sûr les compétences (Super saut, Lévitation) mais aussi l’équipement (Armes, Accessoire), les niveaux, la magie (Brasier, Glacier) et les objets. Certain de ces panneaux ont la forme de pièce de tetrix que l’on doit emboiter au mieux. Le nombre de case pour mettre des panneaux augmente de différente manière. On peut par exemple les acheter ou les gagner lors des missions.  Tout ce système permet de customiser son personnage de bien des façons.

    Le jeu est assez long. J’ai mis un peu plus de 39 heures pour le finir. Il dispose de trois niveau de difficulté. J’ai commencé directement par le plus difficile (le mode expert) et même si j’ai fait quand même pas mal de Game Over, en particulier contre les boss, je trouve que le jeu n’est pas trop difficile. La durée de vie est allongé par un mode multijoueur où on peut s’affronter jusqu’à 4. (mais il faut une cartouche par personne) Dans ce mode, on peut refaire les missions seul ou entre amis avec n’importe lequel des membres de l’organisation. D’autres personnages comme Donald ou Dingo viendront se rajouter par la suite (en montant en grade dans le mode histoire). Les parties en multijoueur peuvent être amusantes mais je n’ai pas encore essayer avec quelqu’un d’autre. J’ai quand même joué en mode solo car on peut gagner quelques cadeaux dont des Cases libre pour les panneaux, ce qui est intéressant. =:)=

    Je pense que ce jeu a pas mal de défaut : l’histoire bouche trou (on invente un personnage qui aurait très bien pu ne jamais exister) et le système de missions répétitif entre autre (après cela dépend des goûts du joueur, s’il aime ou non le gameplay etc…). Mais j’aurais quand même passé un très bon moment, surtout vers la fin qui était très émouvante. Étant fan de l’univers de Kingdom hearts, j’ai bien aimé ce volet même s’il était pour moi le moins bon. J’étais surtout très contente de pouvoir jouer avec Roxas, que j’apprécie énormément (mon personnage préféré avec Sora) même si j’étais un peu sur ma faim une fois le jeu terminé. (je ne serais pas expliqué pourquoi :[ ) Au final, je trouve qu’on n’apprend pas grand chose sur l’organisation et sur ses membres (comme leur passé, par exemple) et c’est un peu dommage.

    Ce jeu devrais plaire aux fans mais je trouve qu’il n’est pas très approprié aux joueurs qui ne connaissent pas du tout la série. Si je n’étais pas attachée au personnage principal, j’aurais surement beaucoup moins aimé le jeu. En tout cas, je ne l’attendais pas vraiment, c’est surement une des raison pour lequel je n’ai pas été déçue. Je serais beaucoup plus dure pour l’épisode PSP, Kingdom Hearts Birth by sleep, que j’attends vraiment avec impatience (d’ailleurs, j’ai bien l’intention de me l’acheter dès sa sortie au Japon).

    Cartes

    Pour finir, juste un mot sur les cartes offertes aux personnes ayant pré-commander le jeux. Personnellement, je les trouve assez laide. A part la jolie illustration de la boite, le reste est vraiment pas terrible. Pour info, j’avais pré-commandé le jeux sur le site d’eidos, pour comparer avec les pré-commandes d’amazon, site sur lequel j’avais pré-commandé Dissidia Final Fantasy. (désolé pour la répétition mais je ne sais pas quoi mettre d’autre =T_T= ). Pour Kingdom Hearts, sur le site d’amazon, le jeu était moins cher et on pouvait quand même avoir les cartes mais l’avantage d’eidos, c’est qu’on a VRAIMENT le jeu le jour de sa sortie, et ça c’est génial. =^___^= Surtout que le jeux sortait en fin de semaine. :mrgreen:

    Note : 75/100 (j’essaye la notation sur 100 points, mais si ça ne me convient pas, je reviendrais peut être à une notation plus classique ^__^)

    Images de Gamekult

  • Action/Aventure,  Jeux Vidéo

    The Legend of Zelda ~Phantom Hourglass~

    Bannière Jeux video

    The Legend of Zelda est une série de jeux vidéos très célèbre qui a débuté en 1987 sur NES. Personnellement, le premier Zelda auquel j’ai joué était Link’s Awakening sur Game Boy Color mais comme j’ai été très vite bloqué, je ne suis pas allé très loin dans le jeu et je n’ai pas eu envie de jouer à d’autre jeu de la licence. Puis, quand j’ai trouvé Zelda ~Phantom hourglass~ en solde, pour un peu plus de 16 euros, je n’ai pas hésité à l’acheter. Et j’ai bien fait car le prix est remonté à 35 euros dans le même magasin le mois suivant. XP

    Zelda-PH

    The Legend of Zelda : Phantom Hourglass est sortie le 19 octobre 2007 sur Nintendo DS. Il fait suite à The Wind Waker sortie sur Game Cube en 2003.

    Link parcours les mers avec les pirates et son amie Tetra, qui est en réalité la princesse Zelda. Mais ils sont accostés par un navire fantôme qui disparaît aussitôt en emportant Tetra dans son sillage. Link tombe à l’eau et il se réveille sur une île où il rencontre une petite fée nommée Ciela et un vieil homme étrange appelé Siwan. Pour retrouver Tetra, Link doit partir à la recherche des esprits de la force, de la sagesse et du courage. Il embarque sur le bateau de Linebeck, un marin toujours à la recherche de trésor, pour une nouvelle aventure.

    Le jeu se joue entièrement au stylet. Vous pouvez déplacer Link, tuer les monstres, manier divers outil, etc… Il suffit d’appuyer dans une direction pour déplacer Link vers celle ci. Quand un monstre apparaît, plusieurs méthodes s’offrent à vous pour l’éliminer. Vous pouvez le pointer avec votre stylet pour que Link fasse une attaque d’estoc, tracer un trait pour qu’il fasse une attaque de taille ou tracer un cercle pour une attaque circulaire. La prise en main est très simple et Link se manœuvre facilement.

    Une grande partie du jeu se déroule sur l’eau. A bord du bateau de notre ami Linebeck, on voyage d’île en île, à la recherche d’un moyen d’aider Tetra. La traversée de la mer est très simple. Il suffit d’appuyer sur le bouton Route de l’écran tactile et de tracer une ligne qui va du bateau jusqu’à la destination souhaitée. Sur votre chemin, vous trouverez divers obstacles comme des monstres qu’il faudra exploser avec votre canon ou des barrières qu’il faudra éviter en sautant au dessus. Vous croiserez aussi d’autres bateaux comme ceux des pirates ou celui de Terry, le marchant ambulant. Au fur et à mesure que vous avancez dans le jeu, de nouvelles fonctions seront disponibles comme la pêche ou la remontée de trésors. Ces passages peuvent être assez pénibles par moment mais une fonction raccourcie apparaitra un peu plus tard dans le jeu pour ne pas avoir à faire toute la route entre deux îles éloignées.

    Quand vous arrivez sur une île, vous trouverez généralement un village puis un temple. Le but du jeu est d’atteindre le plus bas niveau du temple pour y dénicher ses trésors. Pour avancer dans ces donjons tortueux, vous aurez à votre disposition différents outils comme un boomerang, un arc, des bombes etc… Entre les murs à exploser, les clefs à trouver et les pièges à éviter, vous aurez de quoi faire.

    Graphiquement, le jeu est très beau mais j’ai quand même eu un choc quand j’ai vu la tête d’ahuri que faisait Link dans la cinématique d’introduction. =o.O= Le côté cartoon permet de mettre un peu d’humour grâce notamment à certaines expressions de Link qui sont vraiment hilarante. Côté musique, elles sont très jolies mais trop peu nombreuses. Toujours la même musique sur mer, toujours les mêmes musiques une fois sur une île, on fini vite par en faire le tour et elles peuvent devenir lassante. La durée de vie du jeu est assez longue (environs 15/20 heures) et le jeu n’est pas trop difficile (il est même trop facile pour les habitués, ce qui n’est pas mon cas =xx= ).

    En conclusion, je dirais que ce jeu est bien sympa même si je dois avouer que j’ai un peu décrocher vers la fin. En tout cas, il m’a donné envie de refaire Link’s Awakening mais ce ne sera pas avant un bon moment. =-_-= Il est a noté qu’un nouveau Zelda sur DS, nommé Spirit Tracks, sortira à la fin de l’année. J’ai plus qu’à attendre 2011 pour que je puisse m’acheter ce jeu une fois en solde. :mrgreen:

    Images @ Gamekult

  • Jeux Vidéo,  Réflexion & Puzzle

    Numblast

    Bannière Jeux video

    Le titre européen n'est pas aussi jolie que dans la version japonaise
    Le titre européen n’est pas aussi jolie que dans la version japonaise

    Numblast (クルトン / Qruton en japonais) est le tout premier jeu que j’achète sur le Playstation Store. J’avais téléchargé la démo du jeu PS3 sur le Playstation Store Japonais (avant qu’on puisse le trouver sur le Playstation Store Français), et j’étais tombé sous le charme de ce petit jeu. Et comme il était en vente pour seulement 4,99 €, j’ai décidé de prendre la version PSP pour pouvoir y jouer partout quand je m’ennuierai.

    Choco Aoyama et Akasaka sont tous les deux membres du club d’alchimie de l’académie Cross. Ils sont en train d’étudier de mystérieux cube  appelé Numblast qui dégage de l’énergie en explosant. Mais pendant l’expérience, Choco fait une fausse manipulation et Asakasa se voit transformé… en singe. Seul une énorme explosion de Numblast peut lui rendre sa véritable apparence.

    Aoyama a 12 ans, mais la traduction ne le précise pas
    Aoyama a 12 ans, mais la traduction ne le précise pas

    Numblast est un puzzle tous ce qu’il y a de plus classique. Le principe du jeu est simple, il suffit de faire exploser le plus de cube possible en les assemblant par numéros de 1 à 4. Plus vous faite disparaître de cube en même temps, en faisant des combo, plus vous gagnez de point. Pour faire un combo, c’est simple. Vous devez d’abord faire un carré comportant le même chiffre. Quand le carré de chiffre est validé, les chiffres passent à la valeur supérieure. Par exemples, quand vous faite un carré de 1, ils deviendront des 2. Vous n’avez plus qu’à placer des cubes de 2 autours des 2 nouvellement créer pour faire un combo. Vous devrez aller très vite pour faire le plus de combo possible. Et si vous réussissez à faire disparaître tous les cubes en faisant plusieurs combo successif, vous obtiendrez un Numblast. (mais je ne peux pas vraiment en parler car je n’ai encore jamais réussi cet exploit =X= )

    Les Cubes commencent à devenir noir :x
    Les Cubes commencent à devenir noir 😡

    Le jeu contient plusieurs modes : le mode infini, le mode chrono et le mode puzzle. Il y aussi un didacticiel, un menu pour les records et bien sur, les options.

    Dans le mode infini, vous avez tout votre temps pour exploser les cubes. Mais les cubes qui ne sont pas utilisé deviennent progressivement noirs. Le problème, c’est que vous ne pouvez pas bouger quatre cubes noirs en même temps. Il faut obligatoirement avoir au minimum un des quatre cubes en couleur pour tourner les cubes. Quand tout les cubes de la grille sont devenus noirs, la partie est fini. Une partie en mode infini peut bien durer une demi heure voir plus. Pendant une partie infini, vous gagnez progressivement des niveaux. Plus votre niveau sera élevé, plus vous devrez aller vite car les cubes deviendrons très vite noirs.

    Dans le mode chrono, vous avez en tout 3 minutes pour faire le plus gros score. Ce mode est parfait si on a peu de temps pour jouer et qu’on veut faire une partie rapide.  Dans ce mode, vous avez la possibilité d’enregistrer des vidéos de vos parties pour les revoir plus tard. Vous pourrez enregistrer jusqu’à 6 vidéos.

    Enfin, le mode puzzle contient 25 casses-têtes à résoudre en un minimum de rotation. La difficulté augmente au fil des puzzles et si certain seront vraiment difficile à trouver d’autre seront beaucoup plus accessible.

    Quand vous atteignez certains scores vous obtenez des prix. Ce qui est original, c’est que vous gagnez des monstres qui semble être sorti tout droit d’un conte de fée. Par exemples, si vous dépassez le niveau 10 en mode infini difficulté normal, vous gagnez la « Princesse Cygne ». C’est bien plus original que de simple trophées et les monstres sont souvent mignons. Par contre, certains scores sont quand même très difficiles à atteindre. Pour l’instant, je n’ai réussi à débloquer que 8 des 15 monstres disponibles. =-_-=

    Un des quelques monstres à collectionner
    Un des quelques monstres à collectionner

    Ce qui m’a directement marqué dans ce jeu, c’est le style graphique des personnages. L’univers un peu gothique me plaît bien et il y a beaucoup d’humour mais le singe devient vite saoulant car il passe son temps à se plaindre. :[ Quand aux musiques, elles ne sont pas très nombreuses mais elles sont très sympathiques et collent très bien avec l’univers. Le rythme est rapide ce qui va bien avec le jeu vu qu’il faut aller très vite. En plus, vers la fin du mode Chrono, la musique accélère ce qui contribue à faire augmenter le stress du joueur.

    Les textes du jeu sont entièrement en français et, pour la langue, on a le choix entre la version anglaise et la version japonaise ce qui est plutôt sympathique. Ce jeu existe en deux versions, une pour PSP (celle que j’ai testé) et une pour la PS3 qui semble être tout à fait identique. La démo est disponible sur le Playstation store français et permet de jouer pendant 3 jours au mode Chrono et de s’initier au jeu avec le didacticiel.

    Ce jeu est plutôt sympathique notamment grâce à son système dynamique, son style graphique mignon et son prix plutôt réduit (en même temps, je ne l’aurais pas acheté s’il avait coûté plus cher). Je vous conseille tout de même d’essayer au moins la démo pour vous faire une idée.

    Et comme j’explique vraiment très très mal, voici une petite vidéo pour avoir un avant goût de la chose. =^___^=

  • Jeux Vidéo,  RPG

    Golden Sun

    Je vous avais dit, il y a plusieurs semaines, que j’allais écrire un article sur un jeu vidéo. Et bien, le voilà. ^__^

    Ce jeu s’appelle Golden Sun et il est sortie en France le 22 février 2002 sur Game boy advance. En fait, j’ai déjà fini ce jeu une fois et si j’ai décidé d’y rejouer, c’est un peu sur un coup de tête.

    Petite rétrospectives. Le mois dernier, je voulais m’acheter le jeu DS « Professeur Layton et l’étrange village » mais quand je suis arrivé dans mon supermarché le plus proche, il n’y en avais pas. J’étais bien énervée surtout qu’il y avait quand même plein de jeu mais pas du tout de choix. Bon, c’est pas un magasin spécialisé en Jeux vidéos et c’était bientôt Noël donc, je veux bien comprendre qu’ils mettent plutôt des jeux qu’ils sont sûr de vendre, mais voir un rayon entier de jeux avec que des Léa passion et des Horses lifes, ça m’a vraiment énervée.

    Enfin, on n’est pas là pour parler du mauvais goût en matière de Jeux Vidéos des petites filles françaises (surtout que depuis, je me suis acheté le jeu que je voulais) mais pour parler de Golden Sun, un VRAI bon jeux vidéos et un RPG en plus. 😉

    Golden Sun
    Golden Sun

    Golden sun (黄金の太陽) est un RPG japonais développé par Camelot.

    Le village de Val protège depuis des siècles le temple de Sol qui renferme les 4 étoiles élémentaires, source de l’alchimie. Ses habitants sont des mystiques, des personnes capables d’utiliser la Psynergie, un immense pouvoir qui leurs permettent, entre autre, de déplacer des objets par la pensée. Un jour, Val subit une grosse tempête et plusieurs villageois meurt dont le père de Vlad, notre héros, ainsi que la famille de Lina, une de ses amies.

    3 ans plus tard, Vlad a grandi et il s’est perfectionné dans l’utilisation de la Psynergie. Un jour, il part avec ses amis, Garet et Lina, et un scientifique du nom de Thélos au temple de Sol. Ils arrivent jusqu’à la grotte où sont cachés les étoiles élémentaires. Mais ils ont été suivi par Salamandar et Phoenixia, 2 mystiques du feu, ainsi que Pavel, le frère de Lina censé être mort pendant la tempête. Ils prennent Lina et Thélos en otage et réclament les étoiles élémentaires en échange. Une éruption volcanique empêche la transaction de se terminer et les voleurs partent avec leurs otages et 3 des étoiles élémentaires. Vlad et Garet partent alors à leur poursuite pour les empêchés d’allumer les phares et de réactiver le pouvoir de l’alchimie.

    Vlad, notre héros
    Vlad, notre héros

    Pour commencer, le jeu vous demande de donner un nom a votre héros. Le nom donnait par défaut est Vlad mais vous pouvez très bien l’appeler Simon ou Asuka, il faut juste que votre nom ne dépasse pas les 5 lettres. (oui, je sais, c’est trop court T__T) Au début, vous commencez par incarner Vlad pendant la tempête qui c’est déroulé 3 ans avant le reste de l’aventure. Puis vous retrouvez les héros 3 ans plus tard lors d’une scène de la vie de tous les jours avant de reprendre les commandes de Vlad. Le Jeu commence véritablement à ce moment là.

    Golden Sun est un RPG dont la trame est assez classique. Un héros qui part avec ses amis pour sauver le monde est loin d’être un thème original. Les personnages sont aussi très stéréotypé. Vous avez le héros muet qui aide la veuve et l’orphelin, l’ami du héros fort mais pas très malin, le compagnon petit mais fort en magie et la guérisseuse. Mais c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleurs soupes et une fois plongé dans le jeu, on a du mal à s’en défaire car il possède bien des atouts pour séduire tout joueurs de RPG qui se respecte.

    Graphiquement, c’est vraiment très beau pour un jeu GBA. Les paysages sont magnifiques et vraiment très détaillés. Les couleurs sont elles aussi très jolies. Vous avez, par exemples, les feuilles des arbres qui arborent plusieurs couleurs. Les ombres sont très bien retranscrites. On voit que les designer ont le souci du détail. Les personnages sont assez bien modélisé. Ils sont dans un format SD vraiment adorable la plupart du temps, pendant les phases d’explorations ou les scènes de dialogues notamment. Pendant les combats, ils sont dans une 3D « normal » et je trouve qu’ils sont bien moins réussis. Les paysages différents aussi part rapport aux phases d’explorations. On se retrouve avec un arrière plan fixe mais très jolie. C’est un sans faute. Le côté graphique représente, sans aucun doute, un des points forts du jeu.

    La musique n’est pas en reste. Jolie et entraînante, le son de la GBA (ou de la Nintendo DS dans mon cas) ne lui rend pas toujours justice. Certains morceaux sont parfois un peu répétitif, surtout quand on n’arrive pas à sortir d’un donjon ou pendant un combat qui s’éternise. Mais elles mettent bien dans l’ambiance et sont toujours bien accordés aux évènements du jeu.

    Rencontre avec un Djinn
    Rencontre avec un Djinn

    Les combats sont classiques, au tour par tour. Vous commencez par choisir les actions que ferrons vos personnages pendant le tour. Les menus sont divisés en 2. Dans le premier, vous pouvez choisir entre Combattre, Fuir ou Statut qui permet de voir les statistiques de vos personnages. Si vous choisissez Combattre, vous arriverez au second menu. Là, vous pouvez choisir entre Attaquer, Psy, Djinn, Invoquer, Objet ou Défendre. Une fois les actions choisis, les personnages attaquent. Le moment où les personnages effectuent leurs attaques dépend de leurs statistiques. Le personnage ayant la plus haute statistique en Agilité passe le premier. C’est également le cas pour les adversaires qui peuvent attaquer à différent moment pendant le tour. La commande « Attaquer » correspond à une attaque physique, « Objet » permet d’utiliser les objets qui se trouve dans votre inventaire et « Défendre » permet à vos personnages d’encaisser moins de dégâts s’ils sont attaqués. La commande « Psy » est l’équivalent de la magie et provoque donc une attaque magique.

    Les Djinns sont une des spécificités de ce jeu. Ce sont de petites créatures que vous rencontrez pendant votre voyage. Certains vous suivrons sans difficulté tandis que d’autres vous provoqueront en duel avant de vous rejoindre. Ils sont divisés en 4 catégories et sont liés chacun à un élément différent. Il y a les djinns de Vénus (terre), les djinns de Mars (feu), les djinns de Jupiter (vent) et les djinns de Mercure (eau). Les djinns ont plusieurs utilisations. Ils peuvent interagir sur vos statistiques, servir pendant les combats et ce sont aussi eux qui vous permettent d’invoquer de puissante créature. Quand vous obtenez un Djinn, vous devez choisir à qui vous voulez le donner. En les liant avec vos personnages, vos statistiques augmenterons. Les statistiques dépendent donc énormément des Djinns que vous donnerez à vos personnages.

    Vous pouvez utiliser vos Djinns pendant les combats en choisissant la commande « Djinn » du menu. Ils possèdent tous des attaques différentes. Certains attaqueront les ennemis quand d’autres augmenterons votre puissance d’attaque ou vous rendrons vos Points de Vie (PV). Mais si vous utilisez vos Djinns pendant les combats, ils ne seront donc plus lié à vos personnages et leurs statistiques, dont les PV, diminueront. Il faudra donc choisir entre les utiliser en combat ou les laisser lier pour garder des statistiques élevés. Une fois que vous avez utilisé vos Djinns pendant le combat, ils se mettent en « Attente » et la commande « Invoquer » apparaît. Les créatures que vous invoquerez dépendront du nombre de Djinn d’un même élément qui seront en « Attente », la plus puissante des invocations demandant jusqu’à 4 Djinns.

    Un combat vivifiant
    Un combat vivifiant

    L’autre spécificité de Golden Sun est l’utilisation de la Psynergie. Contrairement aux RPG classiques, la Psynergie peut aussi être utilisé hors combat, pendant les phases d’explorations des donjons ou des villes. Cet possibilité rend les donjons bien plus intéressant que dans d’autre RPG et constitue un des points forts du jeu. Vous pouvez, entre autre, déplacer un gros rocher pour débloquer un passage, créer une colonne de glace en gelant une flaque d’eau ou bien devenir invisible dans l’ombre pour vous faufiler dans un repère de malfrat.

    La Psynergie que vous utilisez pendant l’exploration est différente de celle utilisé pendant les combats. Elle est obtenue grâce à différents objets que vous trouverez pendant votre voyage. Certains vous seront donnés gracieusement par des personnages que vous aurez aidé mais pour d’autre, il vous faudra accomplir une épreuve avant de pouvoir les obtenir. Au fur et à mesure, vous obtenez de nouvelles capacités et les donjons deviennent donc plus complexe.

    De manière générale, Golden Sun n’est pas un RPG difficile. La force des monstres est bien dosé et les « game over » ne seront pas très fréquent. Les boss sont légèrement plus difficile mais si vous faites un peu de Level Up, vous réussirez quand même à les battre assez facilement.

    La durée de vie n’est pas très longue surtout que certains donjons sont optionnel. Mais si vous voulez finir le jeu complètement (trouver tous les Djinns, les armes les plus fortes…) ainsi que le niveau caché (dont j’ignorais l’existence jusqu’à ce que je visite ce site), la durée peut aller jusqu’à 30 heures. A titre indicatif, j’ai fini le jeu en 35h (34h57 pour être précise) avec tous les Djinns (28) et tous mes personnages au niveau 40. J’ai d’ailleurs fait plusieurs heures de level up pour arriver jusqu’à ce niveau.

    Ce jeu vidéo plaira surtout aux fans de RPG old school. C’est sûrement l’un des meilleurs RPG sur GBA et il mérite d’être dans votre collection.

    Points forts :

    • Des graphismes vraiment magnifiques et très détaillés
    • L’utilisation de la Psynergie pendant les phases d’explorations qui rend les donjons plus distrayant
    • Une musique sympathique

    Points faibles :

    • Histoire et Personnage pas du tout original
    • Peut paraître un peu facile pour certains joueurs
    • Le héros muet (je n’aime pas les héros muets >__>)
  • Jeux Vidéo,  RPG

    Pokemon Perle

    Samedi dernier, je me suis acheté Pokemon Perle sur Nintendo DS.

    Pokemon-perle

    Je vais vous donner mes premières impressions après y avoir joué pendant plus de 12 heures.

    L’histoire ressemble beaucoup aux autres Pokemons mais c’est toujours un plaisir de voir les nouveautés du scénarios. Bien sur, il y a la quête des badges des arènes et un groupe de méchant, ici la Team Galaxie, qu’il faudra combattre pour les empêcher de mener leur mission à bien. C’est classique et les fans ne seront pas dépayser. Je ne suis pas encore allée très loin dans le scénario alors je ne peux pas donner d’avis définitif mais pour l’instant j’aime beaucoup. :mrgreen:

    Le graphisme est très réussi. Même s’ils ne sont pas très différents de ceux de Pokemon Rubis, ils sont plus détaillés et aussi plus mignon. Les villes sont plus jolie et tout parait plus grand que sur Rubis. La 3D donne des effets géniaux (les éoliennes sont vraiment très réussi) Quand aux Pokemons, les nouveaux sont très mignon. J’adore Lixy.

    Le système de jeu est identique aux autres Pokemons. Il n’y a pas grand chose de nouveau si ce n’est la possibilité d’utiliser le stylet pendant les combats. J’ai par contre été assez déçu du fait qu’on ne puisse pas déplacer le personnage avec le stylet. Je trouve d’ailleurs qu’il ne sert pas à grand chose dans ce jeu. ça rend juste les combats un peu plus dynamique.
    Le système de différence nuit/jour me plait bien même si j’ai déjà oublié d’aller voir les Pokemons qu’il y a la nuit. Quand à la Pokemontre, pour le moment, elle ne me sert pas à grand chose sauf à voir que j’ai encore passé tout mon temps à jouer. Pour la boite mode, boite qui sert à ranger les accessoires pour déguiser son Pokemon, je trouve ça marrant. ça m’a fait penser aux chiens que certaines personnes s’amusent à habiller. Quant à l’explorakit et au souterrain, je trouve que c’est une bonne idée. C’est amusant et je trouve que c’est une idée très original. J’ai hâte de jouer à plusieurs à l’intérieur de cet immense souterrain.

    Voilà, j’ai hâte de retourner jouer avec. C’est un bon jeu, certes un peu gamin, mais je l’adore.

    Pour finir, voici quelques statistique de ma partie.
    Début de l’aventure : 28 juillet 2007
    Durée de jeu : 12h18
    Pokemon vu : 40
    Pokemon pris : 26
    Badge : 1
    Pokemon de début : Tiplouf
    Mon équipe Pokemon : Rozbouton niveau 20, Onix niveau 20, Luxio niveau 21 et Prinplouf niveau 21.